Skip to contentSkip to navigation
2021-02-23
Capital Social

Republik place son plan d'impact dans les mains de ses employés

Le 10 février dernier, on fermait nos bureaux (virtuels) pour tenir la première édition de la Journée de Création de Capital Social™, durant laquelle on a discuté des enjeux sociaux et environnementaux qui nous préoccupent et décidé ensemble des actions que Republik peut poser pour les adresser.

Chez Republik, on a l’ambition de mettre nos convictions au travail en collaborant avec des marques qui veulent créer un impact positif dans la société . Il va de soi qu’on ne serait pas le bon partenaire si en tant qu’agence on ne faisait pas tout en notre pouvoir pour faire partie de la solution.

→ Republik recrute! Si tu as la même ambition, visite notre page Carrières.

Ce mois-ci, on entamait donc une nouvelle étape dans notre démarche d’impact avec la première Journée de Création de Capital Social, une façon de nous faire goûter à notre propre méthodologie en impliquant toute l’agence.

« Placer l’impact au cœur de notre raison d’être en tant qu’agence est une façon de donner un sens au travail de tout le monde. C’était donc essentiel que notre plan d’impact, on le fasse tout le monde ensemble. » - JP, associé, chef de la stratégie et animateur de la journée

Voici comment ça s’est passé.

À 9h, on a fermé nos boîtes courriel, éloigné nos téléphones et rejoint nos collègues sur Zoom. Pour l’occasion, l’agence était divisée en quatre équipes et deux thématiques: deux équipes réfléchissaient à notre impact environnemental, deux autres à notre impact social. L’avant-midi était consacré à discuter des enjeux de nos opérations et de notre industrie, ainsi qu’à répertorier les bons coups actuels de Republik.

L’après-midi venu, on laissait place à l’ambition.

Les expériences diversifiées et les convictions personnelles des membres de l’équipe ont amené les conversations dans tous les sens, mais ça n’a pas empêché certains enjeux d’émerger à la surface.

Du côté environnemental, le devoir des agences d’éduquer sur la consommation responsable et d’éviter l’écoblanchiment ont alimenté les discussions, sans oublier l’empreinte environnementale de l’industrie numérique.

« Depuis longtemps, je note des idées et gestes à poser pour l’environnement dans mon calepin et le plus dur, c’est de passer de l’idée à l’action. J’étais vraiment heureuse de consacrer une journée à rendre ces idées-là concrètes. J’ai senti qu’on a fait des pas de géants. » - Jenève

« C’était vraiment enrichissant de se poser des questions qu’on ne se pose pas tous les jours sur l’achat local, la globalisation, le commerce électronique, etc. Ça m’a permis de voir comment je faisais partie de l’équation, à la fois dans mon travail à l’agence et dans mon quotidien, à travers ma propre consommation. » - Sophie

Du côté social, c’est la diversité dans toutes ses nuances qui a fait jaser, entre autres les enjeux de représentativité dans notre équipe, dans nos projets, chez nos clients et dans l’industrie en général.

« J’ai vu des gens parler vrai. Dans mon équipe, il y avait le président de l’agence et on était capable de se dire nos quatre vérités, de parler de nos bons coups comme de nos angles morts, particulièrement en termes de représentation de la diversité. » - Izzy

« J’avais la chance d’être en équipe avec des personnes relativement nouvelles chez Republik. Elles nous amenaient dans le concret, dans l’action. Ça nous a donné le goût d’aller sur le terrain, à la source du problème, de s’impliquer dans les écoles par exemple. » - Tyran

Le résultat?

Des canevas de travail bien remplis qui nous aideront à produire notre plan de Création de Capital Social, sur notre progrès en matière environnementale, sociale et de gouvernance (ESG), un engagement qu’on a pris en tant que signataire du Pacte mondial des Nations Unies.

Inscrivez-vous à notre infolettre pour recevoir une copie de notre premier rapport quand il sera publié au printemps 2021.

À propos de

Diplômé en communication de l’Université Concordia et fort d’une maîtrise en contenu de marque documentaire de l'UQAM, François-Olivier est responsable de diriger l’idéation et la conception de contenu, en plus de faire le pont entre la stratégie et la création.