Skip to contentSkip to navigation
2020-05-05
Covid-19

Le pouvoir d’achat, le pouvoir d’influence et le pouvoir du like

Cet article est le deuxième du dossier « Influence en temps de crise ».

Le pouvoir d’achat des consommateurs et des consommatrices n’a jamais eu autant d’impact qu’en ce moment. Nous avons littéralement le pouvoir de choisir quelles entreprises arriveront à se relever de cette crise simplement par le choix des achats que nous faisons.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on parle autant d’achat local ces temps-ci. C’est nous qui pouvons choisir de sauver des PME qui investissent dans nos communautés plutôt que d’aider les multinationales à continuer de s’enrichir en pleine crise.

Consommer en fonction de ses valeurs

Dans le premier article du dossier « L’influence en temps de crise », nous avons vu comment les influenceurs et influenceuses avaient également un rôle à jouer dans cette crise. En utilisant leur « pouvoir d’influence » à bon escient, ils peuvent à leur tour se rendre utiles pour leur public, soutenir des PME, partager de l’information cruciale, etc.

Ceci étant dit, une fois cette crise terminée, les marques voudront naturellement collaborer avec les créateurs et les créatrices qui auront réussi à rester connectés avec leur audience.

Ainsi, si en tant que consommateur.trice de biens et services notre pouvoir d’achat a plus d’impact que jamais, comme que consommateur et consommatrice de contenu, notre pouvoir du like a également plus d’impact que jamais. Sur les réseaux sociaux, nous pouvons choisir de supporter les créateurs.trices de contenu qui représentent nos valeurs.

Ainsi, en consommant en fonction de nos valeurs, nous encourageons les entreprises, médias et créateurs de contenu à mettre les leurs de l’avant.

Les « influenceurs » et « influenceuses » que vous suivez vous influencent à faire quoi?

« Certains influenceurs qui faisaient beaucoup de partenariats auparavant sont maintenant forcés à trouver des alternatives pour leur contenu, puisqu’il n’y a plus vraiment de contrats offerts en ce moment. Cela fait en sorte qu’un genre de tri s’opère pour voir lesquels sont réellement pertinents. » - Emile Roy

L’influence est souvent perçue comme un outil servant à vendre. Pourtant, ce n’est pas l’opinion que partage la majorité des influenceurs.euses que nous avons interviewés.

« Agir en accord avec ses valeurs, c’est payant dans le long terme. Je sais que c’est comme ça que je vais rester pertinent. J’accepte les collaborations selon mes valeurs, qu’il y ait une crise ou pas. Par exemple, en faisant un live avec Miel Montréal sur les pollinisateurs urbains, j’ai reçu par la suite une offre pour un nouveau projet de développement durable. » - Kévin Marquis

Une crise comme celle que nous connaissons actuellement nous offre plus de temps de réflexion et c’est le bon moment de remettre en question qui nous suivons.

Revenir à la normale ou aller vers mieux?

Notre réalité est amenée à changer à tout jamais, ce qui sera « normal » à partir d’aujourd’hui et pour les années à venir n’aura rien à voir avec ce à quoi nous étions habitués. Voici ce que nos personnes interviewées avaient à dire à propos des apprentissages émergeants de la crise:

La pertinence de l’influence devrait s’amplifier.

« La pertinence sera toujours là pour les influenceurs, on est équipés pour produire des choses rapidement, seul, et moins cher, et on devient une solution vraiment intéressante pour passer des messages rapidement dans un contexte de relance économique. » - Eve Martel

« J’espère que les followers vont faire le ménage dans les gens qu’ils suivent, et commencer à suivre les gens qui amènent réellement quelque chose dans leurs vies. J’espère que les gens vont s’en rappeler après la crise, et que les marques vont aussi s’en rappeler ensuite. » - Gabrielle Lacasse

« Internet va avoir encore plus d’importance pour les communautés et va prendre plus de place dans les communications entre les gens. Si je regarde ma famille, on se fait maintenant des appels Facetime ou Zoom de façon régulière. Tout cela va ajouter de la légitimité aux relations et au contenu Web. » - Fred Bastien

Le désir de s’attaquer ensemble aux enjeux planétaires est là pour rester.

« Je crois que tout cela est un peu une grosse introspection planétaire forcée. Ça nous fait demander si on est obligé de travailler autant, tout le temps, de magasiner tout le temps. Tout cela devrait nous faire réfléchir sur notre propre consommation. » - Kévin Marquis

« J’espère que les grandes guerres et les grandes famines sont déjà derrière nous, et que cette pandémie sera la bataille de notre génération. Et que c’est au travers des leçons apprises par celle-ci qu’on pourra léguer à nos enfants un monde dans lequel les pandémies mondiales seront, je l’espère, chose du passé. » - Drowster

« J'ai appris que c’est possible de travailler de la maison et développer des projets sans avoir à se déplacer ! On peut radicalement réduire notre production de gaz à effet de serre en encourageant les gens à moins se déplacer et travailler à distance ! » - Mehdi Bousaidan

« On va se rendre compte que nos différences n’existent pas vraiment. On est tous les mêmes face à une pandémie. J’espère seulement qu’on va continuer à combattre ensemble d’autres enjeux planétaires... comme par exemple les changements climatiques. » - Emile Roy

L’importance de mettre le « nous » avant le « je » est une grande leçon à retenir:

« J'ai appris pendant ce confinement qu'avec les lettres contenues dans le mot CORONAVIRUS, je peux facilement composer les mots NOUS, VOUS & UNIS. Mais, il m’est impossible de composer même une seule fois, les mots JE ou MOI ! » - Rachid Badouri

« J’aimerais qu’on retienne l’importance de faire quelques sacrifices pour le “greater good” de tous. » - Miro

L’après-crise ne devrait pas être un retour à ce qu’on était auparavant, mais un mouvement vers quelque chose de meilleur:

« Ce que je souhaite, c'est que les gens puissent avoir appris à mieux vivre avec eux-mêmes et ne plus rien prendre pour acquis. On avait tous des p'tites vies le fun et du jour au lendemain, on s'est tous fait couper le sifflet. Alors, je nous souhaite d’être capables d'apprécier les petits plaisirs davantage quand la vie normale va revenir! » - Jean-Michel Gagné

« Je pense que la crise c’est le temps parfait pour travailler sur soi-même. “Tend to your inner garden, removing the weeds and planting new seeds of change”. On a en ce moment le temps de le faire, de l’assimiler, et ensuite de l’intégrer dans notre quotidien. » - Livia Martin

Faire des choix plus éclairés

Il faut voir la crise actuelle comme une opportunité, puisqu’il s’agit d’une situation qui nous amène de nouvelles perspectives.

D’une part, nous avons des entreprises qui ont la chance de démontrer leur valeur ajoutée dans les communautés en situation de crise (sans tomber dans l’opportunisme).

D’autre part, nous avons des consommateurs.trices qui ont le pouvoir de faire la différence; en choisissant les entreprises et emplois qu’ils sauvent, et en reconsidérant les créateurs.trices de contenu qu’ils supportent.

Et finalement, nous avons des influenceurs et des influenceuses qui ont le pouvoir d’utiliser leur influence à bon escient et de servir les marques qui partagent leurs valeurs, et ainsi d’éduquer leur communauté sur les enjeux auxquels nous faisons face.

Bref, tout est sur pause, et nous avons enfin le temps de faire des choix plus éclairés. En espérant que tout cela n’ait pas été en vain, et que certaines leçons seront retenues.

Il est temps d’arrêter de se définir uniquement comme des consommateurs et des consommatrices servant à maintenir un système en place.

À propos de

Considéré incontournable en photographie à Montréal, Manny est également concepteur chez Republik. Il est déterminé, haut en couleur, mais surtout... anonyme!