Skip to contentSkip to navigation
2020-04-13
Covid-19

Les influenceuses et influenceurs sont-ils réellement inutiles en temps de crise?

Cet article est le premier du dossier « Influence en temps de crise ».

La crise actuelle touche tout le monde

À quelques exceptions près, nous sommes toutes et tous en isolement, nous sommes toutes et tous touchés par la crise économique, nous faisons toutes et tous face à un avenir incertain, et personne ne sait combien de temps tout cela pourrait durer (la quarantaine étant actuellement prolongée).

Tout en étant uni dans cette adversité, chacun vit la crise à sa propre façon; selon sa personnalité, sa situation financière, sa tolérance au stress, à la solitude, à l’inconnu et j’en passe.

Certaines entreprises et certaines personnalités brillent en ce moment dans cette crise, faisant preuve d’une solidarité et d’une générosité incroyable, alors que d’autres disparaissent.

Et il semble que certaines personnes l’auraient remarqué.

Image Facebook

Dans un contexte de solidarité sociale, où tout le monde a un rôle à jouer afin de passer à travers la crise rapidement (et agréablement), les
« influenceuses » et les « influenceurs » n’ont-ils pas également leur rôle à jouer?

En d’autres mots: Les « influenceuses » et les « influenceurs » sont-ils réellement inutiles à l’ère de la COVID-19?

Kevin Marquis

Une tendance à trop généraliser

Avant d’aborder le sujet, nuançons et évitons de mettre dans le même bateau tous les gens ayant de l’influence.

Il y a des différences assez importantes entres les influenceuses/influenceurs sociaux, les créatrices/créateurs de contenu, les ambassadrices/ambassadeurs de marque, les leaders d’opinion, les artistes et toutes les autres personnalités publiques. Notamment, le type de contenu qu’ils produisent, la façon dont ils utilisent leurs réseaux sociaux, la relation qu’ils ont avec leur communauté et la façon de générer leur revenu.

Ainsi, chaque métier possède sa propre réalité, son type d’influence, ce qui nous ramène à mon affirmation de départ: Chacun vit la crise à sa propre façon.

Gardons cela en tête pour la suite de l’article.

Jessica Prudencio

Faire preuve d’empathie en temps de crise

« Clairement, je vis la situation actuelle en tant qu’humain et non en tant qu’influenceuse. Et ce n’est pas parce que tu as 1 million d'abonnés que tu le vis nécessairement différemment des autres. » - Jessica Prudencio

Parfois on semble l’oublier, mais ces gens que nous suivons sur les réseaux sociaux sont également humains. Étrange à dire, mais comme n’importe qui en situation de crise, certains gèrent le stress mieux que de d’autres.

Ce qui veut dire que certaines personnes doivent s'aider elles-mêmes avant d'aider les autres, et dans certains cas, aider les autres c’est aider la communauté qui nous suit.

Ainsi, un silence radio sur les réseaux sociaux n’est pas automatiquement synonyme d'égoïsme ou de négligence envers sa communauté. Il est possible que ces personnes soient tout simplement en train de prendre soin de leurs proches ou d’investir leur énergie ailleurs.

Le meilleur exemple est celui de Louis T. qui a décidé de se retirer des réseaux sociaux pour un certain temps, en prenant malgré tout le temps d’expliquer pourquoi dans un statut Facebook:

« Quant à moi, sans recul face à la situation, sans angle particulièrement original, je ne voyais pas ce que je pouvais amener et je sentais que je me serais un peu dénaturé dans l’empressement de devoir créer du contenu. J’en étais même venu à voir la présence de mon fils chez moi comme un frein à pouvoir rayonner sur le web. Ça aussi, ce n’était pas agréable comme sensation. »

Avant de critiquer ces personnes que nous suivons sur les réseaux sociaux, essayons de faire preuve d’empathie en cette période difficile. Parce que c’est aussi ça jouer son rôle afin de passer à travers la crise rapidement (et agréablement).

Émile Roy

Le pouvoir de l’influence

« Avoir une tribune c’est un privilège, et cela vient avec des responsabilités. Il est important de se servir de son “pouvoir d’influence” à bon escient. » - Fred Bastien

Se servir de son pouvoir d’influence à bon escient doit être à la base de chaque relation qu’entretient un « influenceur » ou une « influenceuse » avec sa communauté, et encore plus dans le cadre d’une crise. Mais quel est leur niveau de responsabilité envers leur communauté?

La réponse du vidéaste et Youtubeur Émile Roy reflète bien le type de contenu qu’il offre sur ses plateformes:

« N’importe qui communiquant avec une audience a une responsabilité de partager de l’information utile et pertinente, peu importe le média. »

L’humoriste Arnaud Soly, cependant, ajoute une petite nuance:

« Dans l’industrie du divertissement, c’est nous qui établissons cette responsabilité envers notre audience selon ce qu’on veut produire comme contenu et la fréquence de celui-ci. Nous n’avons pas de contrat signé avec la communauté. »

Dans le contexte actuel où de l’information sur la COVID-19 est distribuée à tous les jours et toutes les heures, et où le seul sujet de conversation dans les médias est la crise actuelle, nous avons d’autres besoins que celui de rester informer. Le besoin du divertissement et celui d’être rassuré sont bien réels aussi.

Fred Bastien abonde dans le même sens:

« Camille et moi rappelons aux gens les conseils de santé et sécurité dans notre contenu d’abord, mais on offre également du contenu “optimiste”. Le but étant de ne pas créer davantage de situations anxiogènes. »

Kévin Marquis conclut:

« Personne ne doit rien à personne. Si quelqu’un ne veut pas prendre position dans la crise et simplement divertir les gens, c’est correct aussi! La seule responsabilité que les “influenceurs” ont, et que tout le monde a en fait, c’est de ne pas propager de fausses informations. »

Donc, la responsabilité individuelle n’est assurément pas un concept réservé uniquement aux personnalités ayant de l’influence. Nous avons certainement toutes et tous des responsabilités en tant que citoyens et citoyennes dans cette crise, tout comme les médias, « influenceurs »
et « influenceuses » ont des responsabilités envers leur audience.

Arnaud Soly

Faire la différence dans la vie des gens

L’avantage que les gens ayant de l’influence ont, c’est d’être capable de rejoindre une grande partie de la population, et ce très rapidement. De plus, leur impact est immédiat et massif.

« Je n’ai jamais reçu autant de messages de toute ma vie. Tous les jours, je reçois des “Tu fais ma journée”, “C’est pas facile en ce moment”, “Tes lives me font du bien”. C’est sûr que c’est rien à comparé aux gens qui travaillent en santé, mais si au moins je peux mettre un sourire dans le visage des gens, c’est ma mince contribution. » - Arnaud Soly

Il y a de nombreux exemples où certaines personnalités ayant de l'influence, artistes, créatrices et créateurs de contenu, et autres se réinventent et trouvent des moyens afin de se rendre utiles.

Voici une petite liste des bons coups au cas où vous douteriez toujours:

  • Il y a Émile Roy qui a rapidement produit une vidéo informative traitant du Coronavirus avec les informations les plus à jour alors que la crise débutait: « J’ai utilisé les questionnements que ma communauté avait et me partageait sur mes plateformes. J’ai utilisé cette énergie-là pour faire des recherches et me motiver à créer une vidéo sur la crise.»

  • Jean-Michel Gagné a également réalisé une vidéo en travaillant avec deux microbiologistes-infectiologues afin de confirmer ou d’infirmer certaines affirmation concernant le Coronavirus.

  • Il y a également Arnaud Soly qui offre, depuis les 3 dernières semaines, des performances gratuites en live sur Instagram, du lundi au jeudi à
    22 h: « On est tous en isolement, mais ma force est que je suis très créatif: mes idées ne sont pas en isolement. »

  • Même chose pour les Math Duff (avec Horacio Arruda), Bianca Longpré (avec François Massicotte), Rachid Badouri (avec Mehdi Bousaidan), pour n’en nommer que quelques-un.e.s, qui font des lives sur leurs plateformes à toutes les semaines afin de casser l’ennui et la solitude qui s’installent dans les foyers québécois.

  • Il y a Kévin Marquis qui fut l’un des premiers « influenceurs » (suivis ensuite par plusieurs) à passer le message « Propage l’info, pas le virus » du premier ministre Legault: « Simplement par le fait que nous avons une influence, nous pouvons d’une part montrer l’exemple et d’une autre part changer les idées et divertir les gens.»

  • Olivier Primeau a également commencé à transmettre régulièrement dans ses stories les informations fournies lors des mises à jour quotidiennes du gouvernement Legault.

  • Ricardo a commencé à adapter son contenu en proposant des recettes faciles à faire, avec peu d’ingrédients, et de façon peu coûteuse.

  • Il y a l'entraîneur Jon Chaimberg qui offre des lives tous les jours pour permettre aux gens de s'entraîner à la maison.

  • En musique, il y a Coeur de Pirate qui a chanté les directives de santé et sécurité à suivre, ainsi qu’Ariane Moffatt, en partenariat avec Telus, qui nous a rappelé que ça va bien aller.

  • Ainsi que plein d’autres musiciens et musiciennes comme Karim Ouellet, Aliocha, Geoffroy, Charlotte Cardin qui nous offrent des performances gratuites toutes les semaines.

« Les contrats sont pas mal annulés pour tout le monde. C’est donc le parfait moment pour créer du bon contenu gratuit pour ta communauté qui ajoute de la valeur. Bref, c’est le moment parfait pour faire du contenu qui n’est pas seulement par rapport à toi. » -Gabrielle Lacasse

Ça va bien aller

La solidarité avant tout

En conclusion, les différences entre vous et les gens que vous suivez sont essentiellement inexistantes; nous devons toutes et tous faire preuve de solidarité en ces temps plus difficiles et mettre l’épaule à la roue. Cela veut dire aider en fonction de ses capacités.

Définitivement, les « influenceuses » et les « influenceurs » ont cette capacité de rejoindre rapidement une très grande audience. Lorsqu’utilisé à bon escient, ce pouvoir d’influence peut avoir un impact immédiat et servir le bien commun.

Alors, que ce soit pour partager de l’information, injecter une dose d’optimisme, se changer les idées, rapprocher les gens, casser la solitude et la déprime, l’influence est, selon moi, absolument utile en temps de crise.

Abonnez-vous à notre infolettre pour ne pas manquer la suite du dossier « L’influence en temps de crise ».

À propos de

Considéré incontournable en photographie à Montréal, Manny est également concepteur chez Republik. Il est déterminé, haut en couleur, mais surtout... anonyme!