Skip to contentSkip to navigation
2018-10-17
Insights

Retour sur la conférence influenceurs d’Infopresse: les 5 points à retenir

Une conférence sur le marketing d'influence

Ils prennent de plus en plus de place dans les stratégies des marques et sont suivis par des milliers, voire des millions de personnes sur des réseaux sociaux comme Facebook, Instagram ou encore YouTube. Eux, ce sont les influenceurs, ces personnes à qui chaque année des marques font appel pour développer leur notoriété auprès de leurs audiences cibles.

Les bénéfices pour les marques peuvent être nombreux, mais encore faut-il avoir une approche optimale. Et c’est bien de ça que les influenceurs québécois Maripier Morin, Fred Bastien, Marc Fitt ainsi que plusieurs agences marketing, dont Republik, ont discuté le 17 octobre dernier devant 250 professionnels lors de la conférence Infopresse sur les influenceurs et ambassadeurs de marque. On vous résume les grandes lignes à retenir.

Pour ceux qui sont curieux de savoir comment Republik a fait pour atteindre 3 groupes distincts grâce à l’influence et à la cocréatrion, vous pouvez demander notre présentation ici!

1. La liberté créative mène à de meilleurs résultats

Comme on a pu le constater lors de la table ronde en compagnie d’lg2, Garnier Canada, Made in et Citoyen Optimum, bien des marques sont réticentes à donner trop de contrôle aux influenceurs et ambassadeurs de marque. Les agences qui font affaire avec eux se doivent de les considérer comme des spécialistes de leur audience puisqu’ils savent quel contenu intéresse leurs abonnés et comment aborder les sujets pour maximiser l’engagement.

Un influenceur impliqué dans le processus de la campagne sera inévitablement plus motivé autant à la promouvoir qu’à la concevoir. Selon les spécialistes, l’important est de trouver la balance pour bâtir une relation gagnant-gagnant.

Lors de la conférence, de nombreux exemples confirmant ces propos sont également ressortis. On peut entres autre parler de la tournée des Youtubeurs Fruité, lors de laquelle Republik a laissé carte blanche aux influenceurs. Le résultat? Une vidéo réalisée en cocréation avec Jemcee qui s’est retrouvée parmi les tops 40 tendances sur YouTube avec plus de 100 000 visionnements.

«Réfléchir le concept avec l’influenceur permet de garder l’authenticité de la ligne éditoriale de celui-ci tout en permettant à la marque d'interagir de meilleure façon avec son audience.»
- Marie-Hélène Leclerc, Republik

2. Collaborer avec les bonnes personnes

On ne le dira jamais assez : la sélection d’un bon influenceur est primordiale pour la réussite d’une campagne. La directrice de la stratégie numérique de Bicom suggère toutefois de passer par quelques étapes de base avant d’arrêter son choix.

Le premier point à considérer est le fit avec la marque. Avant même de parler d’argent, on doit examiner si l’influenceur aime et partage les valeurs de la marque. Il est nécessaire que le message soit cohérent avec la personne que l’on choisit pour le transmettre de façon naturelle.

Les macros-influenceurs rejoignent la masse et ont une notoriété significative, c’est donc idéal pour un message de plus grande envergure. Les micros-influenceurs se rapprochent davantage du consommateur, sont bien souvent des créateurs de contenu et peuvent aider les marques à bâtir de la loyauté étant donné la grande confiance de leurs abonnés. Les nanos, quant à eux, ont nettement moins d’abonnés (entre 3000 et 5000), mais sont reconnus dans leur milieu immédiat. Par conséquent, il peut être intéressant de travailler avec eux si l’on souhaite générer une communauté et non un nombre d’impressions. Pour bien sélectionner vos influenceurs, jetez un coup d’oeil à notre article à ce sujet.

JP Shoiry Camille Infopresse Lassonde Republik

JP Shoiry et Camille Brunelle lors de la conférence sur les campagnes réalisées pour Lassonde.

3. Établir une relation à long terme

Le long terme prend de plus en plus le dessus sur les collaborations éphémères. Maripier Morin et Marc Fitt ont expliqué que ce type de collaboration est mutuellement bénéfique autant pour une marque qu’un influenceur, car elle amène plus de transparence, de crédibilité et laisse place à plus de créativité. La marque doit bâtir une relation forte avec la personne qui sera en charge de la représenter pour qu’elle soit impliquée, fière et qu’elle amène une valeur ajoutée dans la co-création.

«Ce qui est important avec une compagnie, c’est d’avoir une grande latitude créative. Si la compagnie ne m’accepte pas comme je suis, ça ne marchera pas. C’est là où le partenariat à long terme est important.» - Maripier Morin

4. Plusieurs voix, même message

Selon Fred Bastien, une campagne d’influence peut inclure plusieurs sous-groupes démographiques. De ce fait, pour s’assurer de rejoindre la totalité de l’audience, il est pertinent pour les marques de collaborer avec des profils variés.

À titre d’exemple, la campagne menée par Republik pour les jus Del Monte au Canada cible principalement des Canadiens d’origine sud-asiatique, chinoise, afro-caribéenne et philippines qui se retrouvent dans les grands centres urbains partout au pays. Pour rejoindre cette audience, la marque collabore avec des influenceurs de différentes origines et a été présente à des événements culturels tels que le Diwali Fest, Caribana Festival et Taste of Manila. Grâce à cette initiative, l’engagement auprès de ces communautés a été immédiatement visible sur les différentes plateformes de réseaux sociaux.

5. La transparence avant tout

On a entendu à plusieurs reprises des conférenciers et influenceurs aborder le thème du souci de transparence. Avec les normes de publicités qui ne sont pas toujours appliquées de manière conforme, il est primordial d’exiger une transparence en utilisant des mots-clics tels que #Partenariat, #Pub, #Gifted, etc. Bien plus qu’un hashtag, ces termes sont particulièrement importants lorsqu’on souhaite bâtir une relation de confiance avec les consommateurs.

«La confiance envers cet “ami numérique” qui est en fait la force des influenceurs, peut devenir un sujet beaucoup plus délicat maintenant.»
- Ashley Sivil, Bicom Communications

En conclusion

Somme toute, la journée a été riche en informations. Que ce soit d’établir une relation à long terme avec les créateurs de contenu ou de les impliquer davantage dans la cocréation, les marques et agences peuvent dès maintenant intégrer ces pratiques dans leurs stratégies.

À propos de

Finissante d’un BAA spécialisé en marketing à HEC Montréal, Jenève a un grand intérêt pour le développement durable et l'univers numérique. Elle a d’ailleurs rejoint l’équipe de Republik afin de découvrir les subtilités du marketing de contenu et d’influence.